Narcisse aux chiens

Marie André — 64′ — 1997 Quand une cinéaste rencontre un poète, elle et lui mettent en place une création commune où les images et les mots ouvrent le champ d’une poétique hybride, la cinéaste refusant de jouer le rôle…

0
(0)

Marie André — 64′ — 1997

Quand une cinéaste rencontre un poète, elle et lui mettent en place une création commune où les images et les mots ouvrent le champ d’une poétique hybride, la cinéaste refusant de jouer le rôle d’une journaliste interrogeant son sujet et le poète refusant de se prêter à une quelconque glorification. Ensemble, la cinéaste et le poète interrogent avec les images et les mots, le lieu même de la vie qui avance et de l’écriture qui naît. Ils interrogent le ciel et la terre, le plancher, la table, la ville et les arbres. “Narcisse aux chiens” raconte quelques jours d’un poète qui ne peut parler que de ce qu’il voit, entend, sent et touche. Dans la ville, le poète a son gîte. Dans son gîte, le poète agit et écrit. Il écrit en agissant et il agit en écrivant. Tout fait farine à son moulin. Dans son gîte, il rencontre le pain, le feu, les arbres et les gouttières. Dans la ville, il rencontre ses amis, les rues, les gens et le fleuve.

Production : Latitudes Production
Coproduction : RTBF, CPB Productions Culturelles, Arte-Belgique, CBA
Avec le soutien du Centre du cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération Wallonie-Bruxelles, du plan d’action 16:9 de l’Union Européenne, de la SCAM et du Service Promotion des Lettres de la Communauté française de Belgique.

0 / 5. 0