Court Circuit

Deuxième vidéo de la série “CONFINEMENT DIRA TEMPS”. Deux confinées en route pour leur sortie réglementée, distance et durée. Un gramme de fantaisie dans un monde très brut. BONUS : la traduction de l’extrait de Paterson lu par WILLIAM CARLOS…

0
(0)

Deuxième vidéo de la série
“CONFINEMENT DIRA TEMPS”.
Deux confinées en route pour leur sortie réglementée, distance et durée.
Un gramme de fantaisie dans un monde très brut.
BONUS : la traduction de l’extrait de Paterson lu par WILLIAM CARLOS WILLIAMS :
“Attendez-vous à ce que le zéro
annule chaque

N de chaque
équation .

ce rocher, le vide
indiquant la place de ceux

qui furent déplacés —
le rocher cause

leur chute. Attention
à ce zéro

qui est au-delà du
regard

à la mort de tout ce
qui est au-delà de

chaque existence .

Mais le printemps viendra et les fleurs s’épanouiront
et l’homme doit radoter son destin . .

La descente nous attire
comme nous attira la montée
La mémoire est une manière
d’accomplissement
une manière de renaissance
et même
une initiation, puisque les espaces qu’elle révèle sont
de nouveaux territoires
peuplés de hordes
jadis inaperçues,
d’une autre espèce —
puisque leurs déplacements
ont pour buts d’autres buts
(même s’ils furent, en d’autres temps, abandonnés)

Nulle défaite n’est seulement faite de défaites — puisque le monde qu’elle révèle est un territoire
dont on n’avait jamais
soupçonné l’existence. Un monde
perdu,
un monde impensable
nous attire vers d’autres territoires
et nulle blancheur (perdue) n’est plus pure que le
souvenir de la blancheur .

Avec le soir, l’amour s’éveille
bien que ses ombres
qui n’existent qu’en vertu
de la lumière solaire —
soient gagnées par le sommeil, lâchées par le désir

L’amour sans ombres s’étend à présent,
qui ne s’éveille
qu’avec la montée de
la nuit

La descente
faite de désespoirs
sans s’achever
entraîne un autre réveil :
qui est l’inverse
du désespoir.

À ce que nous n’achevons pas, à tout ce qui est refusé à l’amour,
à nos espoirs perdus —
succède une descente
infinie, inéluctable .

Écoutez ! —

l’eau qui s’écoule !
Les chiens et les arbres
complotent l’invention
d’un monde — absent !

Ouah, ouah ! Une
voiture qui démarre fait gicler du gravier
en prenant de la vitesse !

Démodé ! Le pauvre petit ministre
a fait de son mieux, gémissent-ils,
mais en dépit de tous ses efforts
aucun poète n’est venu .”

Traduction : Yves di Manno

0 / 5. 0